A quoi sert un mythe?

Simplement à comprendre ce qui nous arrive, pourquoi nous sommes  là, dans une situation donnée , et comment en sortir si on la juge pénible.

Le mythe raconte une histoire qui existe depuis toujours, ou presque,  et que des gens croient vraie.

Ils font donc, sans cesse,  référence à ce mythe pour comprendre leur propre situation.

Décoder les mythes, c’est interpréter l’actualité et s’inscrire dans la modernité. Car la modernité exprime d’abord, non la rupture (ça c’est la mode et pas la modernité)  mais l’intemporalité des situations.

Un exemple? L’identité nationale  et la mondialisation. Il s’agit du mythe ancestral des sédentaires et des nomades,de l’opposition fondamentale et de la guerre entre ces deux modes de vie.L’Histoire a montré que les nomades gagnaient toujours et que les citadelles encerclées finissaient par tomber. Une piste pour notre comportement?

Un autre exemple? Le féminin et la masculin. Il s’agit du mythe de Pandore, d’Eve, celui de l’espoir de l’humanité. C’est à dire de son avenir. C’est pourquoi, les sociétés qui doutent de leur avenir deviennent très vite misogynes, anti-féminines; en revanche, les sociétés (pays) qui affrontent l’avenir avec une certaine sérénité  prônent une certaine égalité des sexes.

Regarder les règles entre hommes et femmes revient à étudier non pas seulement la maturité d’une société mais son degré de confiance en elle-même.

J’ai identifié 36 mythèmes (oppositions binaires fondamentales). Chacune de ces oppositions et un turbo dans la compréhension, le décodage du monde.

Voilà à quoi servent les mythes; A comprendre notre propre vie.

S. Fouks d’Havas renonce à son activité de conseil politique. Deviendraient-ils sages?

Le mythe de la langue, la pire et la meilleure des choses, selon Esope, n’a jamais été autant d’actualité.

J. Seguela a fait la gloire (et la richesse bien souvent)  des agences de pub. en affirmant partout qu’il avait fait élire grâce à son talent publicitaire (qu’il continue de promener à travers les médias) F. Mitterrand, le premier président de la République de gauche.

La pub sortait de l’ombre, du métier technique de communicant  pour devenir le symbole d’une nouvelle société ouverte et sans complexe.

›  Lire la suite

Toujours Apple, marque leader, challenger ou suiveur? L’article du Monde.fr

Des ventes maxi pour l’iPad mini. Et au bout du compte, l’annonce du premier recul du bénéfice net d’Apple en près de dix ans. Entre janvier et fin mars, le bénéfice net du groupe informatique américain est tombé à 9,5 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros), soit 18 % de moins que l’année précédente sur le même exercice.

›  Lire la suite

Le grand retour du son de la voix. Ou le mythe de la vérité.

Il m’a été demandé de venir pour une « web radio » lire une page de mon dernier essai: « Les Nouveaux Bovary »; (Pearson 2012) C’est une initiative de Dominique Dufour, un des ces nouveaux  touche-à tout du monde digital,  » assez géniaux et de ce fait toujours  inclassables sauf dans la catégorie « A fréquenter Absolument ».

J’ai pris le temps de choisir la page 133 sur le droit à la minute de gloire où une journaliste conseille à ses jeunes lectrices de passer la journée le dimanche en pantalon de pyjama et de se balader ainsi en ville.

›  Lire la suite

Michel et Augustin comme benchmark universitaire; Suite des échanges


 

Bonjour Georges ,

Merci pour votre article et cette analyse TORRIDE !
A la Bananeraie, notre rêve un peu fou : faire sourire la planète en concoctant des produits gourmands et sains et en racontant au quotidien notre aventure humaine.

Les bobos ? On les aime bien. Mais nos chouettes recettes ne leur sont pas 100% réservées. Loin de là notre philosophie. Au contraire, nos produits s’adressent aux amoureux du goût, au aventuriers du VRAI. Vous pouvez d’ailleurs nous trouver aussi bien dans les grandes enseignes, partout en France, que chez des petits épiciers de quartiers.

La question du prix ne porte pas tant sur le prix en tant que tel mais plutôt sur le rapport qualité-prix. Nos vaches à boire sont infusée à la VRAIE vanille de Madagascar, nous utilisons du beurre frais, de la crème fraiche d’Isigny… Nous ne serons donc jamais les – chers du rayon mais notre volonté est de vous offrir de TRèS bons produits, avec du VRAI goût, et avec un excellent rapport qualité-prix.

RDV le 7 juin avec JOIE pour le colloque de l’ARCES.
Vive les petits cookies from France !

PS : Beaucoup de trublions ont suivi des formations universitaires. Et en sont TRèS TRèS fiers ;)

›  Lire la suite