A mon ami Thomas Jamet, content de son « brand content »

Thomas Jamet a réagi dans la page commentaire de ce blog « mythologicorp » à mon billet sur son ouvrage.

Je reprends ici quelques uns des ses propos « centraux »

« Mon introduction et ma définition du Brand Content  : j’y définis le Brand Content non pas comme une discipline mais comme un type de stratégie. Que penses-tu de la préface d’Olivier Altmann posant comme postulat que le Brand Content c’est finalement « ce que devrait être la bonne publicité » ? Ou encore de la remarquable intervention de Stéphane Hugon sur les marques (vraies phares dans la nuit de notre civilisation postmoderne et devant donc nécessairement développer de nouveaux storytellings ? (tu devrais aimer son approche Maffesolienne) ou celle de Vincent Balusseau prouvant que malgré toutes les innovations, la stratégie média, et le Paid Media sont toujours importants ? »

Non, non, non, trois fois non, le « brand content » n’est pas, selon moi, une « stratégie » mais l’utilisation des outils de communication d’aujourd’hui au service du marketing et de la narration de la marque. Difficile de ne pas être « interactif » à l’ère du web2.0! Mais cela n’en fait pas une stratégie mais au mieux une part de la tactique de communication.

Le propos cité d’Olivier Altmann est une preuve de l’honnêteté intellectuelle de Thomas Jamet. Le « brand content » est une autre appellation pour dire « faire bien son boulot ».Tant mieux! Il était, donc,  inutile de vouloir en faire une discipline et encore moins une stratégie!

Le nombre de médias « payés », pilotés, subis ne cesse d’augmenter, cela rend la communication des marques plus complexe et les choix plus nécessaires que jamais. La stratégie de communication » devient, en effet, une obligation de choisir et le brand content, souvent assimilé à de la communication « digitale » un élément de cette nécessité d’être efficace.

Mais l’essentiel reste le positionnement marketing de la marque et son « storytelling » car la marque est plus que jamais, avec la multiplication des points de contacts « un repère mental sur un marché ».

Pouvons nous esquisser cette définition du « brand content »: définir, offrir, et échanger le signifié d’une marque ?

Je conçois qu’il soit bien difficile d’écrire sur un sujet qui semble nous échapper, comme le concept de marque lui-même!

 

 

 

Publié par G. Lewi

Une réflexion au sujet de « A mon ami Thomas Jamet, content de son « brand content » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *