Apple, toujours Apple. Et si la marque décidait de devenir un…suiveur!

Apple, est-elle sur le point sous nos yeux, et sans (se)  l’avouer, bien-sûr,  de changer de stratégie de marque?

Rappelons qu’il n’y a que 4 grandes stratégies de marques possibles:

  • Le leader: il fait la course en tête, sereinement, intelligemment, donnant le coup d’accélération quand il faut, sans bousculer le marché qu’il domine.
  • Le challenger: pour détrôner le leader;, il « donne des coups de pieds dans la « fourmillière  »  et tente de changer les règles du jeu du marché.
  • Le suiveur: il suit le leader , évite les erreurs en réagissant un peu plus tard. Ses produits (ou services) sont un peu moins chers mais il est plus rentable car il évite d’essayer les plâtres. Ce sont généralement les entreprises les plus rentables avec les leaders.
  • La niche: la marque ne travaille que pour « quelques uns ». Une cible très identitaire, les plus « écolos…les plus riches souvent.

Regardons la parcours d’Apple. Initialement, la marque prend une posture de challenger face au leader IBM et crée ses propres normes en s’appuyant sur les utilisateurs plutôt que les directions informatiques.

Marginalisée, la marque devient une marque de niche.( pour la communauté des créatifs, des scientifiques…)

Arrivent l’Ipod et l’Iphone, Apple reprend pour tous sa place de challenger qui réinvente les marchés et impose ses normes.Aux utilisateurs, aux distributeurs, aux sous-traitants…

Devenue leader, une position souvent difficile à tenir pour une mentalité de challenger, Apple adopte les travers de dominance du leader et s’aperçoit que cela marche moins bien. Les opérateurs de la téléphonie (qui ont désormais des alternatives)  comme les sous traitants se rebiffent.

Apple laissera-t-elle Samsung s’installer durablement dans cette stratégie de leader ?

Dan sce cas, l’entreprise habituée à être le chouchou de la bourse, et l’impératrice des résultats à plus de 10 milliards de dollars par trimestres va-t-elle se relancer dans   une position de challenger qui invente et…perd de l’argent? surtout en l’absence du père fondateur, qui seul, peut-être pouvait se le permettre ?

Il reste la stratégie du suiveur! Surprenant pour une marque comma Apple? L’image d’innovation va perdurer quelques temps et l’entreprise peut « sortir’ des produits « mee too » (de bonnes copies de ce qui existe déjà)  comme l’Ipad-mini.

Pour la marque  challenger, la stratégie de suiveur finit par se voir surtout dans ce monde où le buzz va si vite mais en attendant, les profits restent au rendez-vous…

Et le mythe Apple risque d’en prendre un coup!

A suivre…

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>