Bovary21 ou quand Georges Lewi dénonce…la lâcheté du marketing et du branding.

15e bouquin (avec les rééditions) mais premier roman de Georges Lewi (un des « papes » du branding en France) qui court depuis toujours après ses 2 passions: la littérature et le marketing. Plus modestement que  G. Delacourt, ou F.Beigbeder mais avec la même insistance têtue.

Il cogne fort, très, très fort contre le mauvais marketing et le branding de la lâcheté,celui qui accepte trop de compromis et qu’il connait (trop) bien de l’intérieur. Il se sert d’un emblème -facile-, un leader des sodas et d’une différence générationnelle entre un directeur de marketing et une jeune blogueuse qui risque de se perdre dans ce monde frelaté. Cela va faire mal aux lecteurs qui font du marketing! En a-t-il conscience?
En plus, elle s’appelle Emma, se croit la descendante d’Emma Bovary, et s’imagine déjà broyée par un destin qui ne s’arrêterait pas malgré ses 80 000 « amis ».

Georges Lewi frappe mais avec la bienveillance qui caractérise son analyse des marques et des phénomènes contemporains.En essayant de comprendre, presque avec empathie.

Et il y a une volonté de trouver son style, un style, un mélange de culture voilée et de réalisme violent où se mêlent, des bribes de Flaubert, des blogs, des archétypes de personnages connus. Tout se devine mais ne se dévoile pas si facilement…Un style Georges Lewi est-il en train de naître?

Adepte du transmédia, Georges Lewi, qui avait déjà publié « Les Nouveaux Bovary », analyse de la génération Facebook, a construit un blog « Bovary21 » où blogueuses et blogueurs sont invités à dénoncer les tendances (comme le fait Emma21) insupportables de notre temps.

Le nouveau « market bashing » de Georges Lewi ? Il s’en défend et dit ne s’en prendre qu’au « mauvais marketing ».

En tous cas quand on prend Bovary21 en mains, on ne le lâche pas.On ne peut pas en dire autant de tous les « romans de la rentrée littéraire 2013!

Bovary21. roman. Georges Lewi. (F.Bourin éditeur); 18 € et version papier et 9€ en version numérique (très vite disponible) sur Amazon, Fnac, Decitre…

(issu de la chronique du blog des idées: lesinfluences.fr)

 

Publié par G. Lewi

Une réflexion au sujet de « Bovary21 ou quand Georges Lewi dénonce…la lâcheté du marketing et du branding. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *