« C’était lui plutôt que l’on eût pris pour la vierge de la veille… »Le mythologue et la noce qui tourne mal.

A la vue de tous ces personnages (des hommes surtout) de l’UMP, de l’Europe, des ministres après les assassinats, d’autres ministres après les drames sociaux…pérorant devant les caméras,me revient cette phrase du roman de Flaubert  Madame Bovary, rapide portrait de Charles le lendemain de la noce…

« C’était lui plutôt que l’on eût pris pour la vierge de la veille… »

Ils sont contents d’eux.

Ils semblent tous revenir d’une virginité  situationniste. Comme si rien ne s’était passé. comme si le monde se poursuivaient dans l’innocence de la création originelle.

Mais Emma, sa fiancée, sa femme « ne laissait rien découvrir  où l’on put deviner  quelque chose ». Or la fiancée, la femme de ces gens, c’est nous, le peuple.

Ils sont à la noce devant les caméras et nous désolés. nous ne jouissons pas de ce spectacle qui nous ennuie et nous laisse frigides. Le peuple en français est de genre masculin. Il devrait être, comme dans d’autres langues, plus réalistes de genre féminin.

Lorsque les lendemains de noces sont tristes, le mythologue se souvient alors de  toutes ces noces qui ont mal tourné. A commencer par celle d’Hélène qui conduisit à la guerre de Troie.Le mythe de la guerre de Troie n’a pas fini de nous hanter.

 

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>