Choc de croyances, choc de mythes

Un mythe qui en rencontre un autre est toujours source de conflit. Surtout lorsqu’ils sont sur la même sphère ; l’histoire nous appris que les religions et les croyances avaient  du mal à cohabiter. Et là, il s’agit, de deux sphères apparemment opposées : le religieux, le sacré, le divin, le sport et le loisir.

Il y a infiniment plus de monde devant les écrans des J.O que devant la plus importante des manifestations religieuses.

Mais en Grèce antique, berceau de ces fameux jeux, les jeux olympiques étaient sacrés. Ils avaient été instaurés à l’initiative de Zeus puis D’Héraclès. Deux mythes se chevauchent : le mythe originel, le  plus fort à la course de char emportera la fille et celui de la paix : pendant que les héros s’affrontent aux jeux, ils ne battent pas.

Le religieux, le politique et le plaisir  étaient mêlés. L’homme antique ne faisait qu’un. La foudre exprimait la présence du divin et le gain est aux jeux n’était pas possible sans l’intervention de son dieu protecteur. Le premier vainqueur des jeux, Pélops avait un char ailé par Poséidon ! Il ne pouvait que gagner et battre le père de son amoureuse. L’homme moderne est- pluriel et quelquefois schizophrène. On peut gagner le 100 mètres, sans être nécessairement aidé par une divinité, on peut avoir la tenue Adidas ou Nike du vainqueur sans avoir jamais sué sur une piste…

Ce qui caractérise notre société contemporaine, c’est la séparation des genres. Sans doute pour le bonheur des uns et des autres. Mais cela fait entrer des mythologies légères dans la sphère des autres croyances.

Le scientifique peut être croyant ou non croyant, cela importe peu à l’avancement des travaux.
Mais cela importe lorsque les hommes se retrouvent en grand nombre car alors, les mythes, cette canalisation des comportements collectifs se reforment. Les J.O comme les autres grandes manifestations sportives réhabilitent la nation, décriée en d’autres temps et la fierté d’être de telle ou telle religion ou éthique resurgit.

Il ne peut y avoir de foule sans appel aux mythes. Et cela les individus qui travaillent sur les dates des grandes manifestations devraient s’en souvenir !

 

 

Publié par G. Lewi

Une réflexion au sujet de « Choc de croyances, choc de mythes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>