Flexi-sécurité, Force tranquille, Président normal, Contrat de confiance.Le piège des oxymores.

L’être humain socialisé est un être de compromis.Certains animaux également. C’est du moins ce qu’observent les éthologues. Certaines civilisations ont même été  fondées sur la rencontre des contraires, celle du Ying et du Yang, du blanc et du noir, du rouge et du noir.

Certains poèmes  s’amusent tragiquement du soleil noir, des déserts de pluie, des oranges bleues…
La Rome antique fut malgré son culte de la force la civilisation qui savait « avaler », absorber les autres croyances. Nous en sommes les héritiers et cherchons au travers de l’oxymore (oxymoron) de permettre aux contraires de cohabiter. c’est le nouveau ticket gagnant du Storytelling contemporain.

Dans l’actualité, la flexi-sécurité. Tant mieux si les entreprises parviennent à avoir plus de souplesse et le salarié plus de sécurité. La formule n’est pas belle mais l’idée fait rêver. La force tranquille,comme  une idée de Teddy Rinner et de David Douillet ensemble, a fait élire un président. Le qualificatif de « président normal » participa à l’élection de celui-ci. on voulait voir…Un rêve! Mais après? En marketing, les «  brand managers » savent que le contrat de confiance est plus facile à exprimer qu’à tenir dans les faits et dans la durée.Car vous aviez bien compris que la confiance ne peut pas se contractualiser… et que Darty avait inventé un des oxymores les plus astucieux du marketing.

L’oxymore est la formule la plus séduisante de la rhétorique mais c’est aussi la plus dangereuse. Il exprime le rêve de l’impossible, l’utopie d’un monde nouveau, l’illusion d’une autre vie.

Don Quichotte businessman, Bovary heureuse, Lear comblé? Que de rêves aussi  impossibles à réaliser que ceux de nos nouveaux oxymores politiques et économiques!

 

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *