Gallois ou le mythe de l’expert.

Le général et le philosophe, le monarque et l’écrivain, le dirigeant et l’expert. Depuis la toute première origine de la société, les hommes d’action ont eut besoin d’éclaireurs, quelquefois des bouffons, souvent des metteurs en valeur.
Les experts  sont flattés d’être -enfin- reconnus et dans la lumière, les dirigeants les utilisent pour leurs analyses, mais surtout comme paravents.

Un peu de lumière contre une grande  illusion de pouvoir.Finalement tout le monde y gagne.

L’expert joue au sphinx, devient mystérieux comme si de lui dépendait la bonne marche du monde. Le dirigeant le loue mais l’ignore souvent et fait mine d’utiliser les idées qu’il était disposé à défendre. Les rouages sont bien huilés.

Ce jeu du roi et du bouffon est bien convenu. Tant pis pour le débat! Tant mieux s’il permet à la société de bouger, un peu…

Le mythologue ne s’en plaindra pas.

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>