L’ essai. mon propos intime et la couverture.

L’essai « Les nouveaux Bovary » vient de paraître le 31 août 2012 aux éditions Pearson. 

Madame Bovary… une femme qui rêve d’une vie plus exaltante, et qui passe le plus clair de son temps à se penser « autre que ce qu’elle est ». N’est-ce pas la caractéristique majeure de la génération des digital natives, qui a 20 ans aujourd’hui ? Rien de plus simple pour eux que de scénariser leur propre vie via les réseaux sociaux, de tenter leur chance pour devenir la star d’un jeu de télé-réalité, ou de se faire connaître grâce à un blog, une vidéo, un événement qui feront parler d’eux.

Selon moi, le « mythe de l’illusion » est la caractéristique majeure de cette génération. Une génération qui détient le pouvoir de mettre en scène sa vie, de la magnifier, de mêler le virtuel au réel grâce à la révolution induite par les réseaux sociaux.

L’essai se décompose en 9 thèmes qui analysent les attentes et les comportements de cette génération. Il se lit comme le roman de la génération Facebook. Il se termine sur les conséquences prévisibles pour les années à venir dans les domaines du monde du travail, de l’économie, du marketing et bien sûr des évolutions politiques qui semblent déjà se dessiner. « Quel espoir ! Quelle abondance d’illusions… perdues continuellement le long de sa vie… » Ce sont les mots d’Emma Bovary, des mots que l’on pourrait reprendre pour qualifier cette génération qui se retrouve au carrefour d’événements historiques.

Vous pouvez découvrir la table des matières ainsi que le résumé de l’ouvrage sur le blog en cliquant ici.

L’ouvrage est en vente dans toutes les librairies !