Grand besoin de vos réactions…Présentation et 4e de couv. de mon prochain roman Bovary21

Pour une fois le mythologue a besoin de ses lecteurs, le narrateur a besoin de ses auditeurs. Comme lorsque tout petits, on interrompait le narrateur pour lui demander des précisions ou le contredire « parce qu’il ne racontait pas bien ».
Alors n’hésitez pas. Voici le texte que je pense soumettre en début de semaine à mon éditeur pour le 4e de couverture et la présentation générale (contexte et auteur).

Femme, Lithographie, du peintre, Henri, SEIGLE, Signée et numérotée au crayon

« Bovary21 ». Roman. Georges Lewi. (François Bourin. Editeur.)-en librairie 29 août 2013- 

« Bovary21 » roman de Georges Lewi est l’histoire d’une blogueuse célèbre qui travaille dans le marketing, qui aime écrire, analyser la société, son entreprise et son « job ». Le thème de « Bovary », comment vivre avec ses illusions, continue de marquer la génération actuelle, illusion de ses  « amis » des réseaux sociaux, du féminin, de la transparence, de l’équité, de la gloire issue du nombre de « like ». Dans tous les domaines, on « ré-interroge le mythe du bovarysme » : BD, (Gemma Bovary), un nouveau  film américain « Madam Bovary » avec Mia  Wasikowska  sans oublier le très récent « Flaubert » de Michel Winock.

4e de couverture. Bovary21. 

Mlle Bovary en 2013 ?

Bovary21 est une jeune femme de 27 ans, qui se croit la septième en ligne directe d’Emma Bovary, l’égérie de Flaubert morte à l’âge de 27 ans. Blogueuse reconnue, elle s’abîme dans le surendettement et raconte sur sa page la déchéance qui va la conduire à envisager elle aussi un suicide. « Bovary 21 » fait du marketing pour une grande marque de soda. On est au tout début du XXIe siècle. Un certain Charles est son boss, Rodolphe un banquier d’affaires qui va valoriser son blog, et Léonie, une féministe qui l’entraîne à New York. Avant d’envisager sa mort, « Bovary21 » qui n’est pas seule,  va poster ses dernières confessions intimes à ses 78 000 « amis ». Mais la jeune femme est-elle condamnée au même destin que sa lointaine aïeule ? Emma bovary était bien seule. Les «amis » de Bovary21 vont-ils l’empêcher de mourir ?Une peinture de mœurs acide et drolatique au pays enchanté et marketé des followers, du monde des réseaux sociaux, une critique souvent cinglante du marketing, de ses acteurs  et de ses pratiques par un auteur, qui les connait bien.150 ans après, l’illusion et sa cohorte de mythes est toujours bien présente même si elle prend des formes de plus en plus surprenantes.

Georges LEWI est « mythologue ». Son approche consiste à décrypter l’impact des mythes sur les entreprises et les sociétés humaines, à analyser ce que « gens croient vrai et qui les aide à comprendre et à vivre » Il a publié une douzaine d’ouvrages et d’essais sur les grands mythes, le storytelling des marques qui se les approprient.Son dernier essai Les nouveaux Bovary (Pearson, 2012) traite du mythe de l’illusion de « la génération Facebook », illusion de la rencontre, du féminin, de la transparence et de la minute de gloire.Avec « Bovary21 », son premier roman,  il prolonge cette réflexion sous la forme d’un récit palpitant.

 

 

Publié par G. Lewi

9 réflexions au sujet de « Grand besoin de vos réactions…Présentation et 4e de couv. de mon prochain roman Bovary21 »

  1. Bonjour Georges,

    Félicitations pour cette brillante idée de mélanger l’univers des blogueuses à celui de Flaubert !

    Si vous me permettez une remarque : à quoi fait référence le « 21 » de Bovary21 ? Son pseudonyme en ligne ? Son « Moi virtuel » ? Son nom de code sur Twitter et les réseaux sociaux ? @Bovary21 ? (Pour information, le handle @bovary21 est disponible sur Twitter…)

    Ne serait-ce pas plus significatif d’appeler cet ouvrage Bovary 2.0 par exemple ? En référence au Web 2.0 et donc le Web social et collaboratif des blogs ?
    Ceci n’étant qu’une remarque comme pour faire l’avocat du Diable.

    D’autres part, pourquoi ne pas préciser davantage la fonction de Bovary21 ? Elle est présentée comme « qui travaille dans le marketing » mais cette appellation me semble, à mon goût un peu large dans le sens ou le Marketing est un vaste domaine avec des activités bien diverses.

    En espérant pouvoir lire cet ouvrage très prochainement.
    Bon courage à vous et au plaisir d’une prochaine rencontre.

    Cordialement, Adrien.

    • Merci Adrien de ce premier commentaire. Particulièrement pertinent.
      Bovary21, c’est en référence au XXIe siècle (visiblement trop subliminal).
      Je crains qu’écrivant Bovary 2.0, le roman ne soit catalogué « affaire de Geeks » (ce qui est un peu arrivé avec mon essai ou le sous-titre « génération Facebook, l’illusion de vivre autrement » l’a conduit vers les journalistes de la blogosphère, oubliant l’aspect générationnel qui me semblait le plus important.
      A bientôt. pour la suite…

  2. suggestion (sans prétentions) :
    Bovary21, blogueuse adulée, aspirée par le surendettement, raconte sur sa page sa déchéance, à la limite du suicide… entre son job au service marketing d’une (très) grande marque de soda, Charles son boss, Rodolphe un banquier d’affaires très actif dans son blog, et Léonie féministe qui l’entraînera à NY. Avant d’envisager le geste ultime, comme son aïeule (fantasmée) Emma Bovary morte, seule, à 27 ans, Bovary21 poste ses dernières confessions intimes à ses 78000 « amis ». Vont-ils l’empêcher de mourir ou…
    une peinture de moeurs acide et drolatique au pays enchanté des réseaux sociaux, ses followers, une critique souvent cinglante du marketing et de la communication, de ses acteurs, de leurs pratiques, par un auteur qui les connaît bien. 150 ans après etc.

    je le lirai avec plaisir et peut-être parviendrai-je à le faire lire à mes étudiants en leur vendant un roman « acide et drolatique »… sur eux (finalement)
    cordialement,

    • Merci Jerôme de ce bel exercice de style.
      Tes étudiant(e) s vont aimer. je viendrais moi-même leur « faire la lecture » si tu le souhaites…
      GL

  3. Avec un peu de retard…..
    On ne dit rien de votre expérience pré mythologue ni de votre passion pour Emma (même si Bovary etait déjà présent dans d’autres titres) cela aurait peut être renforcé l’aspect roman …..cela manque un peu
    mais le plus important est qu’on a hâte d’être fin Aout…..pour pouvoir le lire ………..même si les vacances seront alors terminées.

    • Formation marketing+lettres classiques= storytelling des marques.
      Passion d’Emma= passion du féminin, comme symbole du tragique humain, certes ici exacerbé.
      G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>