Le travail est-il un mythe ? La marque-employeur.

Une marque est d’abord conçue pour les consommateurs. C’est pourquoi, on la qualifie de « repère mental sur un marché ».

Point de marché, point de concurrence, pas de marque ! Mais elle est également repère mental, c’est-à-dire qu’elle existe dans la tête des gens, qu’elle est incarnée. Point d’humain, pas de marque ! C’est là que l’entreprise prend toute sa valeur car la corporation, comme la consommation est nécessairement constituée d’humains qu’il va falloir recruter et fidéliser.

La marque commerciale peut-elle avoir également ce pouvoir ?

Quand une marque est forte, un comptable dira « je travaille chez NIKE ou chez CHANEL ». Quand elle est faible ou qu’elle n’a aucune notoriété, il dira « je suis comptable ».

Car pour son interlocuteur, l’une ou l’autre des formules sera à la fois la plus valorisante pour lui et le plus précise.

De ce fait, les entreprises commencent à en avoir conscience.

Tout ne peut être « brandé » même si tout peut être communiqué.

La marque est donc liée à la concurrence ; on pourrait dire qu’elle en est la fille digne et prospère. Les meilleures marques se nourrissent de la concurrence.

 

Une entreprise, un pays, une idée, un homme politique se rattache à une mythologie, pas nécessairement à une logique de marque.

Car partout à où il ya encore libre arbitre, il y a sujet. Or la marque est le nom sur un objet entre les mains de dirigeants d’une entreprise.et n’a aucun libre arbitre

 

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>