Pour E-marketing, interview C. Heurtebise sur le grand retour du mythe en marketing…et ailleurs

Le grand retour du mythe

Publié le  par Catherine Heurtebise

C’est quoi un mythe ? Une histoire que les humains croient vraie et qui exprime une vision de soi face au monde. Pour le mythologue, rien n’est rupture mais continuité. Explications de Georges Lewi mythologue, spécialiste des marques, consultant, écrivain.

 

Georges Lewi

C’est à l’occasion de la journée nationale des études 2014organisée par l’UDA et l’Adetem que nous avons rencontré Georges Lewi, lequel a accepté de revenir nous parler du grand retour du mythe.

Georges Lewi est un ex-professeur associé du Celsa et d’HEC. Il est également directeur adjoint des Librairies Decitre ainsi que fondateur d’High Co Institute et de Bec-Institute.

C’est quoi, concrètement, un mythologue ?

Georges Lewi : Mythologue, cela fait sourire. C’est atypique alors que spécialiste du branding, c’est reconnu. Je suis mythologue depuis toujours mais c’est depuis trois ans que je travaille en solo. Les mythologues comme Jean-Pierre Vernant, ont expliqué la situation politique sociétale dans la Grèce antique mais celui qui l’a appliquée à l’économie actuelle, c’est Barthes. La DS 19, c’est la cathédrale de jadis !Alors que la plupart parlent de rupture, je ne parle que de continuité. La technologie et les modes d’appropriation changent mais les représentations ne changent pas. Les scientifiques ont révélé que le corps humain était fait de 23 paires de chromosomes. Claude Levi-Strauss et les mythologues montrent que l’esprit humain est composé de 23 paires de mythèmes, c’est-à-dire d’oppositions binaires. Jeune/vieux, dominant/dominé, féminin/masculin, vivant/mort, humain/dieu… . Je vais les développer dans un prochain ouvrage sur le storytelling qui sortira en septembre. Le mythologue considère la continuité de la pensée humaine, ses invariants plutôt que les ruptures. Un mythe c’est une histoire que des gens croient vraie.

 

 

Comment, dans notre société en pleines mutations et contradictions, croire au retour des mythes ?

La modernité du mythe réside en son potentiel à organiser les antagonismes d’aujourd’hui et à résoudre les contradictions. Quand j’analyse la société ou les marques, à chaque fois, quand je ne trouve pas d’explication, je la cherche dans un mythe. Ainsi le mythe contemporain en 2014 est celui d’Antigone. Edouard Joseph Snowden, les lanceurs d’alerte, le citoyen… C’est un fait : Snowden a raison, les USA n’ont pas tort. On est sur une aporie, un parallèle de deux logiques bonnes. Internet à fait grossir ce phénomène : n’importe quel citoyen devient un « pro-am », un professionnel amateur, un terme qui vient du golf.

Pouvez-vous expliquer votre méthode de décryptage des mythes ?

Je cherche quel référent mythique je peux trouver, pas forcément dans la Grèce antique. Il s’agit de comprendre les idées dominantes. Par exemple, Yves Rocher est une marque qui a réussi s’appuyant sur cette vérité : tous les ingrédients de beauté existent dans la nature. Le thé vert, Yves Rocher l’a mis en tube. Cela permet à la société, à chiffre d’affaires égal par rapport à L’Oréal, d’avoir deux tiers de moins d’investissements marketing car le thé vert, il existe dans la tête des gens, vous n’avez pas besoin de l’expliquer à 10 millions d’euros de publicité !

Quelles sont les marques « mythiques » ?

En réalité, soit une marque est mythique soit elle n’existe pas. Mais il faut une cinquantaine d’années d’existence pour qu’une marque soit mythique. La condition sine qua non d’un mythe c’est qu’on ait oublié son origine. Il y a plein de marques qui ne racontent rien, qui ne sont que de la commercialisation. Et c’est pour cela qu’elles ont besoin de plus d’investissements publicitaires pour rester dans la mémoire des consommateurs. Lorsqu’un mythe existe, il perdure. Quelques exemples : Yves Rocher, c’est Gaïa, la nature, la mère. Apple, le nouvel Apollon. Un mythe résout une contradiction et dans les oppositions binaires, vous avez artisans/artiste : Hermès a parfaitement réussi les deux. Facebook, c’est la rencontre qui n’engage à rien. Google, c’est le pouvoir absolu sans le despotisme. Amazon, c’est une servitude invisible. L’Oréal, c’est la jeunesse mais sans l’effort. Samsung, c’est le rêve éveillé. Il y a les marques qui ont trouvé leur mythe et les autres qui courent après et se contentent de faire des coups. Nestlé dans sa logique café a créé Nescafé, s’est approprié le café avec le prolongement Nespresso. Ils ont compris leur mythe de rendre le café accessible.

En quoi les réseaux sociaux changent-ils cette quête de mythe ?

Internet au sens large, et les réseaux sociaux en particulier, sont déjà la résolution d’une contradiction. Avant, ce qui était visible était d’un côté et l’invisible de l’autre.Internet est une passerelle entre l’invisible et le visible. On voit de l’autre côté du miroir. Ce n’est jamais arrivé dans l’histoire. Wikipédia, c’est le savoir sans apprendre.

 

Un essai, puis un roman(*) sur la génération Bovary. Pourquoi cette passion ?

Depuis ma préparation de l’agrégation, j’avais très envie d’écrire la suite de Madame Bovary. J’ai enfin trouvé la forme. J’ai voulu comprendre cette génération que j’appelle « Bovary » et volontairement pas Z (car derrière, il n’y a plus rien !). J’ai donc suivi 200 jeunes entre 15 et 24 ans et j’ai découvert une génération très différente des Y. Ces jeunes sont nés dans la logique des réseaux sociaux, et contrairement aux Y très égoïstes et individualistes, c’est la génération de la rencontre, de la microcommunauté. Même quand vous leur proposez un job, ils demandent à leurs amis et les écoutent ! Ce partage est très nouveau. Depuis 1968, nous n’avions pas connu de tels microblocs éclatés.

Ces « nouveaux Bovary » sont-ils en train de réussir à vivre autrement?

Publié par G. Lewi

2 réflexions au sujet de « Pour E-marketing, interview C. Heurtebise sur le grand retour du mythe en marketing…et ailleurs »

  1. Intéressant. Notamment l’oubli des origines pour pouvoir devenir un mythe… Mais ce n’est pas tout à fair le cas d’Apple ou d’Amazon… le Web va-t-il tellement vite que les débuts s’oublient après 10 ou 30 ans ?
    Petite rectification orthographique pour le sens : pro-am est une expression qui vient du golf, pas du Golfe. ;)

    • Merci Jérôme
      D’abord pour la faute d’orthographe et pour le reste.On considère que le temps du net va « trois fois plus vite » (certains disent même sept fois plus vite et parlent d’ »années chien » ) que le temps du « lointain passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>