Présentation des Nouveaux Bovary devant les Nouveaux Bovary…

Moment intéressant aujourd’hui où je présentais mon ouvrage « Les Nouveaux Bovary » devant une cinquantaine d’étudiants du Celsa de cette génération.

Ils adhèrent à la photo, à l’esprit et se reconnaissant plutôt bien dans le portrait que j’ai dressé d’eux dans cet essai.

Cependant, un point critique vis à vis d’eux mêmes: ils se jugent insuffisamment  actifs face à l’avenir, à la société. Ils considèrent de ce fait que je leur ai fait la part trop belle, que je suis trop « généreux » sur cette génération en considérant qu’elle a une chance de faire bouger les choses, de créer, à côté du corps social actuel, une nouvelle société. A la manière d’un Ghandi ou d’un Mandella.

Le pacifisme n’est-il pas un des pilier de cette génération de la résilience?

C’est peut-être le signe être d’un optimisme chevillé au corps  et un peu d’expérience de la capacité humaine au mieux, (comme au pire).

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *