Un mythe peut-il nuire à une marque?

Qu’est ce qu’un mythe collectif, parfois nommée marque collective apporte à une marque commerciale ?

Une marque permet au consommateur de savoir ce qu’il achète. C’est pour lui un « repère sur un marché ». La marque permet de choisir dans une offre concurrentielle. Certains vont préférer une marque de voiture, d’autres une autre.

Une marque collective permet à des producteurs (ou   distributeurs) de signaler leur appartenance à un groupe. Elle signale au consommateur une culture commune, des règles acceptées par tous, un état d’esprit qui vont faire la différence.

Comme une « grande marque » la marque collective vise à créer une préférence chez certains consommateurs et les inciter à acheter plus et plus cher les produits de cette marque collective.

Les labels type AOC reposent sur la même intention de différence (généralement le terroir)  auprès des consommateurs même si les contraintes sont généralement supérieures à ceux d’une « marque collective »

Le mythe est un « label-marque », une norme protectrice qu’aucune marque commerciale ne peut remplacer. Ce que l’on peut appeler une « Marque-label » repose sur une idée qui doit être très simple à expliquer. Pourquoi ces producteurs se sont-ils regroupés et quel va être l’avantage de cette « marque-Label » pour le consommateur. ? La raison peut en être le terroir, la qualité, le savoir-faire partagé ou les valeurs communes (le plus difficile à « juger » objectivement).

La seconde clé de réussite est l’application très stricte des règles établies car les acteurs sont divers et leur pratiques individuelles différentes.

Prenons l’exemple d’actualité du mythe du vigneron indépendant et de sons « label » illustré par un logo.

L’avantage du logo VIGNERON INDEPENDANT est que le sens de cette marque collective est inscrit, presque expliqué dans son nom même. C’est à la fois une « marque descriptive » de la façon de faire un métier et une marque « profession de foi », et par conséquent « une marque culturelle » .

Un mythe peut-il nuire à une marque ? Une marque collective ne peut pas nuire à « une marque personnelle » sauf si elle est considérée comme « honteuse » par le vigneron. Dans ce cas, je lui conseillerais de quitter le groupement. Il s’agit avec « Vigneron Indépendant » d’ajouter des qualités  humaines à la qualité des produits. Qui se plaindrait que « son » boulanger qui fait déjà du bon pain soit, en plus indépendant et amoureux de son métier ?

Publié par G. Lewi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>